Evridiki Spiliadis

Exhibit: Displaced, La Sieste (2016)

La Sieste (2016)

Exhibit: Displaced, Coquillages (2016)

Coquillages (2016)

Exhibit: Displaced, Sous l’Eucalyptus (2016)

Sous l’Eucalyptus (2016)

Exhibit: Displaced, La Lumière (2016)

La Lumière (2016)

Exhibit: Displaced, Vague 1 (2016)

Vague 1 (2016)

Exhibit: Displaced, Vague 2 (2016)

Vague 2 (2016)

Exhibit: Displaced, Déraciné (2016)

Déraciné (2017)

Exhibit: Displaced, Traces (2016)

Traces (2017)

Exhibit: Displaced, Empreintes (2016)

Empreintes (2017)

Exhibit: Displaced, Bateaux (2016)

Bateaux (2017)

Exhibit: Displaced, Carton 2 (2016)

Carton 2 (2017)

Exhibit: Displaced, La Fuite (2016)

La Fuite (2017)

Exhibit: Displaced, Carton 1 (2016)

Carton 1 (2017)

Exhibit: Displaced, Le Quotidien (2016)

Le Quotidien (2017)

Exhibit: Displaced, Déraciné Inversé (2016)

Déraciné Inversé (2017)

Exhibit: Displaced, Par la Fenêtre (2016)

Par la Fenêtre (2017)

Exhibit: Displaced, Envol (2016)

Envol (2017)

Displaced

En psychologie, la notion de déplacement (displacement) est caractérisée par la redirection d’une impulsion, qu’elle soit positive ou négative, vers une cible moins menaçante (un objet ou une personne). Le sentiment exprimé demeure le même tout en étant dirigé sur un substitut symbolique. Ce processus, notamment déclenché lorsqu’un sujet ne se sent pas à sa place, constitue un mécanisme de défense.

Les clichés évocateurs d’Evridiki, chargés d’émotions personnelles, offrent ici au spectateur la possibilité d’y projeter ses propres affects, et d’ainsi raconter une toute autre histoire.